• Cela faisait longtemps que je n'avais pas regardé de film. Ayant pris l'habitude de regarder des séries, j'ai perdu l'habitude des formats vidéos qui durent en moyenne entre 1h30 et 2h. Mais je pense aussi que cela est dut également au fait que j'avais envie de voir ce que j’appellerai de "vrais films", pas des comédies mer*****s américaines ou un quelconque (re) re-make de film. Quit à faire du fric, autant le faire avec un minimum d’imagination...

    Retour à un amour que je croyais perdu... le cinéma!Non! J'avais envie de retourné un peu aux sources, aux grands classiques, voire ceux dont j'ai honte de ne pas les avoir vu au moins une fois, revoir ceux dont j'ai honte d'avoir oublié l'histoire...

    Mais par où commencer?
    Les vieux classiques en noir et blanc? Comme Casablanca?
    De bons vieux westerns? Comme Le bon, la brute et le truand ou encore, L'homme de la plaine?
    Ou que sais-je encore?

    Lors de mon cours d'Art visuel de la culture anglophone sur le cinéma, ma prof voulait nous montrer comment une musique donne des indications au téléspectateur sur l'ambiance d'une scène, sur un lieu précis ou un personnage, etc... mais aussi ce que peut faire naître en nous le silence lors d'une action... Sans m’attarder sur le sujet, elle a utilisé, comme illustration, une scène de Vertigo (Sueurs Froides), et une scène de Marnie (Pas de Printemps pour Marnie).

    Et c'est donc là où j'ai eu le déclic...


    Les films d'Hitchcock!

    Retour à un amour que je croyais perdu... le cinéma!

    Entre les films comme Vertigo, dont je me suis rendue compte que j'avais oublié les 30 dernières minutes du film et les films comme Les oiseaux, que je n'avais pas encore vu; je me suis dis que avec la filmographie Hitchcock, j'étais tombée sur une mine d'or conséquente, facile à trouver, sans mauvaise surprise.

    C'est ainsi, donc, que j'ai décidé de me faire un petit plaisir, et que je me suis offert le "coffret noir Hitchcock". Un coffret de 7 DVD, dont:

    Retour à un amour que je croyais perdu... le cinéma!

     


                                     - Saboteur (La Cinquième Colonne) 1942
                                     - Shadow of a doubt (L’Ombre d'un Doute) 1942
                                     - Rope (La Corde) 1948
                                     - Rear Window (Fenêtre sur Cour) 1954
                                     - The Trouble With Harry (Mais Qui a Tué Harry?) 1955
                                     - The Man Who Knew Too Much (L’Homme Qui en Savait Trop) 1955
                                     - Psycho (Psychose) 1960


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique